RSS

Sian Loriel : Les Marches Carmines

21 Fév

 

Bon, je viens de recevoir les exemplaires de ma première BD et donc je peux en parler un peu plus.

Sian Loriel est un Rider, c’est-à-dire un combattant encastré dans une énorme armure mécanique qui fonctionne grâce à un charbon spécial (c’est du steampunk à ce niveau). Lors des batailles, les Riders sont accompagnés par des huileux, de jeunes pages capables de réparer les armures en plein milieu des combats. Cass est le huileux de Sian, mais aussi son protégé qui le suit partout à travers les Marches Carmines (tirant leur nom à cause de la terre humide et rouge sang).

Dans ce petit pays industrialisé, des barbares venus du Nord se sont installés avec l’accord de la régence en place, en échange de la promesse d’arrêter leurs raids. Ils pratiquent la magie des runes et vivent en autarcie, bien loin de toutes les machines et de l’Art Mécanique qu’ils détestent.

Cette précaire situation ne pouvait pas durer dans un pays en proie à la maladie, la pauvreté et les conflits sociaux…

La BD sort chez Le Lombard le 2 Mars et est l’œuvre d’un jeune artiste italien montant Mauro de Luca.

Cliquez sur l’image pour en savoir plus.

 

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le 21 février 2012 dans Livres

 

3 réponses à “Sian Loriel : Les Marches Carmines

  1. fabien

    21 février 2012 at 12 h 26 min

    félicitation !!!! J’veux une dédicace !

     
  2. charlotte

    21 février 2012 at 12 h 49 min

    Géééééénial!

     
  3. Thomas Michelin

    14 mars 2012 at 10 h 46 min

    Achetée et lue, j’aime beaucoup. Le dessin est très efficace, riche, le découpage très cinématographique, les couleurs très bien étudiées. Rien à dire sur ce point. Quant au scénario c’est là aussi très riche, à mon avis plus complexe que la moyenne des BD étiquetées « fantasy ».

    J’ai ressenti, mais j’ai peut-être tort, un monde très développé qui avait du mal à tenir dans une BD de 48 pages et je crois que le plot développé en un dyptique risque de se trouver à l’étroit. C’est mon principal (et seul) reproche : deux volumes c’est trop court !

    Je ne suis pas sûr que l’inspiration vienne de là mais les riders m’ont furieusement fait penser aux Iron Kingdoms et aux Scaraciers de ce setting de JdR. Et de fait c’est quasiment une campagne (haut niveau) développée pour ce JdR.

    De la bien bonne BD de « steam-fantasy sombre » Mr Attinost !

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :